Actualités

Universités d'Eté du MRC à Valence

MRC06/09/10

J'ai participé, ce week-end, aux universités du MRC qui se sont déroulées à Valence, dans la Drôme. Outre le plaisir de retrouver les camarades d'un peu partout en France, c'est aussi et surtout l'occasion de faire le point sur une situation politique qui ne cesse de se dégrader. Nous avons évoqué l'actualité la plus brûlante : comment sortir de la logique des marchés financiers ? Ou encore quel avenir pour la « zone euro » ? Il est clair que notre pays ne sortira de la crise qu'à la condition de mettre un frein à la désindustrialisation qui le frappe. Comment refaire de la France un grand pays industriel est pour nous une question essentielle. Mais cette rencontre a surtout été l'occasion d'un débat entre deux possibles candidats à l'élection présidentielle de 2012, à savoir François HOLLANDE et Jean-Pierre CHEVENEMENT. Argument contre argument, proposition contre proposition, cet échange de haute volée a ouvert de nombreuses perspectives. Incontestablement, nos analyses ont progressé, notamment chez un homme comme François HOLLANDE. Le fédéralisme européen est mort et enterré, l'intergouvernemental est à l'ordre du jour. La France doit défendre son industrie. La question de notre partenariat et de notre relation avec l'Allemagne a donc fait l'objet de très longs échanges entre les deux hommes. Le progrès social ne peut s'accomplir qu'avec la croissance et la production, la conversion énergétique ne peut s'effectuer au détriment de l'énergie nucléaire, la gauche doit être rassemblée et avoir un contrat de gouvernement avant les élections de 2012. Le temps des choix clairs est venu. De son côté, Jean-Pierre CHEVENEMENT a fait part de son « nouveau réalisme européen », en particulier concernant l'euro. En effet, un éclatement de la « zone euro » (qui n'est pas impossible et qu'il faut donc envisager), risquerait plus dangereuse que porteuse d'espoir. De nombreuses convergences possibles sont donc apparues. Elles doivent être approfondies, travaillées, débattues devant le pays. Cela doit se faire avec toute la gauche. Les deux hommes ont fait part de leurs inquiétudes devant l'évolution actuelle de la droite au gouvernement. Une droite qui en remet à des conceptions d'avant 1789. François HOLLANDE a conclu en demandant que l'on rallume le moteur de 1789 « ce rêve français » pour rendre à notre peuple « la fierté de lui-même ». Je vous invite à lire le discours de J.P. CHEVENEMENT lors de ces journées : J.P. CHEVENEMENT : Je suis heureux, en conclusion de notre Université d'été, de pouvoir ouvrir le débat avec François Hollande avec lequel j'ai toujours entretenu des relations amicales et sympathiques, et qui n'est pas seulement un homme politique expérimenté et avisé, étant donné les responsabilités qu'il a exercées durant dix ans à la tête du parti socialiste, mais un homme qui réfléchit et qui, sans céder sur ses fondamentaux réformistes, peut procéder à des inventaires qui conditionnent l'avenir, parce qu'il permettent de bouger et d'évoluer. Or, la gauche pour gagner vraiment, c'est-à-dire pour réussir, doit bouger impérativement. Il faut faire « bouger les lignes » ; telle a été la conclusion de notre dernier Congrès, les 26 et 27 juin derniers. Nous avons, François Hollande et moi, des points d'accord, par exemple la nécessité d'une réforme de la fiscalité des revenus fusionnant l'IRPP et la CSG de façon à associer justement tous les Français à l'effort nécessaire, si nous voulons non seulement réduire les déficits, mais marquer nos priorités dans le domaine de l'éducation notamment et de la jeunesse. Nous avons - ou en tout cas nous avons eu – des points de désaccord, notamment sur l'Europe et par conséquent sur la nation, et par conséquent sur l'indépendance nationale sans laquelle on ne peut exercer les effets de levier nécessaires. François Hollande a affirmé une haute ambition parfaitement légitime : celle de devenir Président de la République en 2012. Il m'est arrivé de dire qu'on ne naissait pas homme d'Etat mais qu'on pouvait le devenir. Simplement, pour devenir Président de la République française, il faut aussi s'identifier pleinement à la France. Le moment d'un débat de fond est venu. J'aurais souhaité qu'il puisse être abordé dans une autre configuration, avec la constitution, au lendemain de la présidentielle de 2007, d'un grand parti de toute la gauche. Cette ambition que nous avions faite nôtre à notre Congrès du Kremlin-Bicêtre de 2008 s'est heurtée au conservatisme des structures politiques de la gauche. Je l'ai regretté. Nous abordons donc l'échéance de 2012 en ordre dispersé. Ce peut être un avantage si le débat permet de faire bouger les lignes. Et ce qui n'a pas été possible au lendemain de 2007 le sera peut-être en 2012 avec les socialistes, les communistes, les radicaux, les citoyens, et peut-être avec ceux des Verts qui n'ont pas renié l'héritage des Lumières, les Verts lumineux, qu'on pourrait aussi appeler les Verts luisants. C'est le fond qui est déterminant. Nous devons incarner le grand parti de progrès, en lutte contre l'obscurantisme, avec le projet que nous avons développé hier de refaire de la France une grande puissance industrielle et technologique. I – Tout d'abord, je voudrais dire amicalement à François Hollande que la rigueur, sans doute nécessaire, ne peut être une perspective politique. 1. il ne suffit pas non plus d'y ajouter quelques réformes comme l'avait fait la gauche plurielle. 2. La France vit une profonde crise morale qui est aussi une crise politique de longue durée, une crise nationale entamée dès la fin de la première guerre mondiale. Il faut remédier à cette crise de sens, dire à la France à quoi elle sert et aux Français ce qu'ils sont, c'est-à-dire des citoyens qui doivent témoigner, dans un monde qui paraît voué aux communautarismes et aux intégrismes, de l'universalité des valeurs républicaines. 3. Parallèlement, nous vivons la crise du capitalisme financier mondialisé. Cette crise n'est pas derrière nous : la conjonction des plans de rigueur dans la zone euro ne peut déboucher que sur une nouvelle récession ou, au mieux sur une stagnation de longue durée. a) Les marchés ne se sont pas révélés plus forts que les Etats. C'est justement aux Etats de faire prévaloir leur légitimité qui est celle des peuples et de la démocratie. Les marchés financiers ne sont pas l'horizon de l'Humanité. Ce sont les nations et les peuples qui font la substance et la permanence de l'Histoire. Cela il faut le dire : c'est un choix politique essentiel. Il faudra reréglementer et recompartimenter les marchés. b) La crise aussi bien reste devant nous parce que les déséquilibres macroéconomiques et politiques qui l'ont engendrée n'ont pas été résorbés, bien au contraire, par les plans de refinancement ou de relance, qui ont simplement déplacé la dette du privé vers le public. c) Cette crise est une crise mondiale, née de la déflation salariale, elle-même conséquence de la pression exercée par les pays à très bas coût, déflation salariale qui a conduit à l'endettement généralisé, et d'abord aux Etats-Unis, des ménages, des entreprises et des Etats. d) Cette crise n'a été rendue possible que par la création d'un monde décompartimenté et notamment en Europe, en vertu de l'Acte Unique et des trois cents directives d'application qui ont libéré les mouvements de capitaux et déréglementé l'économie. C'est cela qui a permis la dictature de l'actionnariat, l'extension démesurée de la sphère financière, et le creusement d'inégalités abyssales entre les rentiers de la finance et le monde du travail laissé sans défense devant les délocalisations industrielles. e) On ne peut pas faire face à cela par une simple réforme fiscale. Il faut re-réglementer, mais de façon cohérente, entre l'Europe et les Etats-Unis d'Obama. Les mesures de régulation Volcker doivent être reprises et durcies au niveau européen. f) La crise est aussi géopolitique : les Etats-Unis, depuis trop longtemps, ont vécu au-dessus de leurs moyens. Nous devons aider Obama à remettre les pendules à l'heure. La ré-industrialisation nécessaire des Etats-Unis et de l'Europe peut-elle faire l'économie de protections sectorielles dans les industries que nous voulons préserver ou développer ? Cela dépendra beaucoup de la Chine, de sa capacité à relancer sa demande intérieure, et bien sûr de la fixation de normes sociales, environnementales et commerciales plus justes, sans parler de la réorganisation du système monétaire international, instaurant des parités ordonnées entre les quatre grandes monnaies mondiales. Nous ne pouvons en aucun cas accepter un euro surévalué qui asphyxierait ce qui reste de l'industrie française. II – Il nous faut organiser l'Europe comme une zone de croissance à l'échelle mondiale et ne pas nous résigner à la stagnation et au déclin. C'est possible sur la base d'un nouveau modèle de croissance mettant l'accent sur la transition énergétique, l'éducation, la science et la technologie appliquées notamment aux domaines de l'énergie, des transports et de la mobilité, de la santé, et bien sûr la volonté de promouvoir un modèle social fondé sur la solidarité. Cette Europe implique d'autres règles du jeu que celles élaborées par l'Acte Unique et les traités de Maastricht et de Lisbonne. Ces traités sont complètement dépassés. Il faut ouvrir le débat : - Sur une initiative de croissance européenne mettant fin notamment à la déflation salariale et finançant par un grand emprunt européen un plan d'infrastructures. - Sur un gouvernement économique de la zone euro, incluant l'ensemble des paramètres économiques et pas seulement budgétaires. L'objectif doit être de résorber les déséquilibres internes à la zone euro, autrement que par la conjugaison de plans de rigueur insoutenables et dont l'effet ne peut être qu'une récession généralisée et l'éclatement de la zone euro. - Il faudra modifier les statuts de la Banque Centrale européenne pour introduire la croissance et l'emploi parmi ses missions. Je ne m'étendrai pas sur les quarante propositions de notre programme de salut public. Dix d'entre elles concernent le redressement de la construction européenne : développement des coopérations renforcées à géométrie variable entre les Etats – plan d'indépendance énergétique et d'équilibre écologique – agriculture orientée vers la sécurité alimentaire – régime propre des services publics – protection commerciale de notre modèle de développement – alliance sans subordination avec les Etats-Unis – partenariat resserré avec la Russie – refondation de nos relations avec la Turquie. L'évolution de l'Europe nous conduit vers plus de coopération intergouvernementale. C'est inévitable et c'est une bonne chose pour la démocratie et pour l'efficacité. Il faut abandonner « l'Irrealpolitik européenne », comme dit Hubert Védrine, délaisser les chimères fédéralistes, alibi de l'impuissance, aller vers des coopérations à géométrie variable et vers une ouverture de ces politiques à la Russie et à la Turquie. J'ai cru noter une évolution de François Hollande de l'Europe à vingt-sept vers la zone euro à seize. Je partage ce point de vue mais il pose le problème de ce que veut l'Allemagne. III – La politique allemande doit être analysée. Il serait trop facile d'imputer les difficultés actuelles au tempérament de Nicolas Sarkozy. L'Allemagne est aujourd'hui la puissance qui impose ses choix et sa philosophie ordo-libérale à l'Europe (Mme Merkel parle de « culture de la stabilité »). En fait, la déflation salariale pratiquée depuis 2000 a creusé l'écart avec les autres pays de la zone euro, notamment les pays de l'Europe du Sud. La politique de rigueur que l'Allemagne impose à la zone euro est excessive. Elle risque d'ailleurs de se retourner contre l'Allemagne. Il faut trouver un compromis avec l'Allemagne, entre la nécessaire responsabilité des Etats et la solidarité financière entre les pays membres de l'euro. On ne peut espérer une solidarité telle que celle qui existe au sein de chaque pays. L'Europe reste faite de nations. Mais on peut imaginer des émissions de bons européens et surtout un rôle actif donné à la BCE pour lutter contre la spéculation. Nous ne devons à aucun prix nous enfermer dans un tête à tête mortifère avec l'Allemagne au sein d'une zone euro réduite à un noyau dur. Mieux vaut préparer un « plan B » qui serait le retour à une monnaie commune qui pourrait continuer à s'appeler l'euro avec des parités ajustables pour des monnaies nationales recréées au sein d'un système monétaire européen bis. Pas de fuite en avant dans l'irreal politik européenne comme celle consistant à offrir à l'Allemagne de partager notre siège de membre permanent au Conseil de Sécurité de l'ONU. D'abord parce que les autres n'en seraient pas d'accord. Ensuite parce que nous n'avons pas les mêmes conceptions en matière de politique étrangère sur le Moyen-Orient et l'Afrique notamment, et sur la défense, et en particulier sur le domaine nucléaire. Enfin, parce que la priorité n'est pas là : elle est sur le terrain économique et monétaire d'abord. Un peu de sens de l'Etat, à la veille d'une élection présidentielle, ne peut pas nuire. IV – La géographie et l'Histoire confèrent à la France une responsabilité particulière. La France est nécessaire à l'équilibre de l'Europe dans l'intérêt de l'Europe et de l'Allemagne elle-même. La France n'est pas n'importe quel pays. Elle doit préserver des marges de manœuvre : - vis-à-vis de l'Allemagne – sur la relance et le cours de l'euro ; - vis-à-vis des Etats-Unis – sur la régulation et la réforme du SMI ; - vis-à-vis de la Russie – sur l'énergie, le développement et la paix ; - vis-à-vis de la Chine – sur la concertation économique et monétaire et sur un partenariat responsable. L'Europe peut et doit prolonger l'action propre de la France. Mais celle-ci ne doit pas être démobilisée. Elle reste notre avenir. Il faut changer le mode d'emploi des institutions européennes et savoir d'abord ce que la France veut. V – La France doit faire vivre le modèle républicain qu'elle a si fortement incarné depuis deux siècles en Europe et dans le monde. Elle doit contribuer à organiser la résilience de l'Europe à l'échelle mondiale, en préservant notre modèle républicain, à la fois civique et social. Et bien sûr, la première urgence consiste à le faire vivre en France même où la droite contribue à le fragiliser par des initiatives provocatrices qui visent à nous entrainer sur le terrain qu'elle a choisi pour 2012 : la sécurité. Pour mettre la France à la hauteur des défis qui sont devant nous, la gauche doit faire bouger les lignes à l'intérieur d'elle-même. Elle doit incarner le pôle républicain de la vie politique française, face à une droite post-républicaine ou peut-être tout simplement réactionnaire, revenue à des conceptions d'avant 1789. La gauche doit offrir un avenir à la France et à sa jeunesse et pas simplement un futur !